Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

En tant que citoyen, je suis profondément choqué qu’un maire, qui devrait être porteur, à l’échelon local, des valeurs de la démocratie puisse, en censurant un texte, avoir un comportement qui transgresse ces valeurs. Et qu’il offre, ainsi, aux enfants de sa commune, l’exemple d’un comportement qui fait malheureusement écho à un temps où certains risquaient leur vie pour la défense des libertés. Ces libertés chèrement acquises, parfois contestées et qui doivent être défendues en permanence.

 

En tant qu’historien, je voudrais préciser que les archives confirment entièrement le texte écrit par Ida Grinspan. Le procès-verbal de son arrestation établi à 0 h 15  le 31 janvier 1944 par trois gendarmes de la brigade de Melle indique que la « juive Fenterzab (sic) Ida » a bien été « conduite sous escorte » dans les locaux de la gendarmerie afin de se rendre à l’endroit qui lui sera désigné par l’autorité allemande. Si le donneur d’ordre est bien le Chef de la Sicherheitspolizei de Niort (à qui est destiné le premier exemplaire du rapport), l’exécutant est bien la gendarmerie de Melle.

 

Dire la vérité historique, et constater qu’Ida Grinspan a bien été arrêtée par trois gendarmes français ne signifie pas stigmatiser un corps de fonctionnaires qui, dans sa diversité, a pu avoir une attitude différenciée. Au-delà des ordres reçus, certains gendarmes ont eu des scrupules à les exécuter et ont agi pour prévenir les Juifs recherchés. On connaît ainsi trois cas en Deux-Sèvres. Néanmoins, il faut savoir reconnaître que la gendarmerie du temps de l’Occupation, marquée par la culture de l’obéissance, a été un relais efficace pour la politique nazie d’extermination. Aujourd’hui, cette question ne fait plus débat.

 

Preuve en est le début du discours du président Jacques Chirac prononcé le 16 juillet 1995 lors de la cérémonie de commémoration de la rafle du Vel d’Hiv : « Il est, dans la vie d'une nation, des moments qui blessent la mémoire, et l'idée que l'on se fait de son pays… Il est difficile de les évoquer … parce que ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'Etat français. Il y a cinquante-trois ans, le 16 juillet 1942, 450 policiers et gendarmes français, sous l'autorité de leurs chefs, répondaient aux exigences des nazis. »

 

Michel Chaumet

Chercheur associé IHTP/CNRS

28/4/2010

Partager cette page

Repost 0
Published by